Comment surmonter le suicide d’un être cher ?

Comment surmonter le suicide d’un être cher ?

Le suicide est un acte dur qui laisse des séquelles même sur ceux qui reste. Encore plus lorsque l’être cher ne laisse pas de note ni de lettre… Je reçois beaucoup de messages sur des personnes qui ont vécu cette situation. 

Je comprends et compatis complètement avec votre douleur, votre désarroi et votre chagrin, car j’ai perdu mon mari de 27 ans par suicide. L’être aimé n’a pas laissé de mot. On m’a dit : ” Parfois, c’est une bénédiction qu’il n’y ait pas de note… “, ce qui signifie que certaines notes blâment ou ne sont pas utiles pour les survivants. Je peux partager qu’il aurait été extrêmement utile pour moi si mon mari avait laissé une note comme celle que votre fils a laissée, alors essayez d’en tirer un certain réconfort.

 

Mon expérience et ce que j’en ai appris

Je veux partager les deux choses les plus utiles qui m’ont été dites : ” vous ne pouvez pas comprendre un acte incompréhensible “… cela a occasionnellement apaisé mon esprit au début et cela m’a aidé de plus en plus au fur et à mesure que le temps passait… et la seconde était :”tu ne te remettras jamais d’une mort par suicide, tu dois apprendre à vivre avec”. Cette phrase m’a aidée à cesser de me battre pour essayer de “revenir” à la normale ou à la “vie d’avant” sans l’être aimé. J’ai dû apprendre un tout nouveau mode de vie. Il est certain que ma vie a changé à jamais à ce moment-là. Pendant longtemps, j’ai cru que ma vie était finie et que je devais trouver ou développer une nouvelle vie, mais ce que j’ai finalement compris, c’est que ce serait maintenant la “deuxième partie” de ma vie ! Comme un film à deux disques ou un livre en plusieurs volumes : un peu plus que le “chapitre suivant”, mais toujours la même histoire. Cela prendra du temps et beaucoup de thérapie, il faudra éviter les contenus choquants comme la video 1444 et s’entourer pour ne pas sombrer. 

 

J’en suis désormais à plus de 10 ans et cette année, j’ai l’impression, enfin, d’avoir retrouvé mon ” ancien ” moi positif que j’étais avant sa mort. Je me sens, enfin, une fois de plus, comme si je participais à ma vie, plutôt que d’être un observateur ou quelqu’un qui se débat. Je vous dis cela pour vous donner l’espoir que cela viendra, un jour, pour vous aussi, à votre rythme, non pas que cela prendra une certaine période, sachez simplement que cela viendra.

Enfin, me concentrer sur notre fils m’a aidé, aussi. Ma mère m’a déclaré : ” tu dois vivre pour lui à présent “. J’ai fait, et je fais encore aujourd’hui, tout ce que je peux pour nous aider, moi et mon fils, à “vivre avec” la mort par suicide de son père et de mon mari. C’est vraiment un processus par lequel il faut passer.