Kaffee Repaire: revisiter la trajectoire de Jean-François Lyotard

Kaffee Repaire : samedi 10 juin 2017 – 14:15

Discussion – entrée libre

Source: Bracha L. Ettinger

Source: Bracha L. Ettinger

Comme bien des philosophes français commençant leur carrière après la guerre (Deleuze, Derrida, Foucault,…), Jean-François Lyotard (1924-1998) remet sur le métier, après Marx et Freud, les questions du pouvoir, du désir et de la subjectivité. Son engagement ne fut pas seulement philosophique, puisqu’il fut membre, dans les années 50, du groupe « Socialisme ou Barbarie » (l’un des premiers groupes à dénoncer le stalinisme comme un capitalisme d’Etat, et qui défendait des positions conseillistes, influentes pour le mouvement du 22 Mars). Mais c’est surtout pour son élaboration critique de la notion de « postmoderne » que Lyotard est connu – et souvent détesté. La Condition postmoderne : rapport sur l’état du savoir (1979), dresse en effet le constat d’une évolution des sociétés qui rend obsolète les grands récits d’émancipation : le système technoscientifique du capitalisme ne vise plus le progrès, mais le développement, et il faut se défaire de l’illusion que les luttes pourront un jour faire advenir une humanité universellement libre.

Evidemment, ce constat n’avait pas de quoi réjouir les tenants du Grand Soir, sur le terrain des luttes et de la pensée. Lyotard fut accusé d’obscurantisme, de traitrise à la cause, de renoncement, de cynisme… Et pourtant, sa description du système capitaliste et de ses effets sur les modes de légitimation républicains, ses analyses sur les dangers d’une résurgence du mythe (ethnique ou religieux) dans le champ social et politique, frappent aujourd’hui par leur lucidité visionnaire.

 Lors de ce Kaffee Repaire, l’idée est de revisiter quelques aspects de la trajectoire et de la pensée de Jean-François Lyotard, pour nous mettre à l’écoute de ce qu’elle a à nous dire, aujourd’hui, de l’intrication de la montée des nationalismes et de l’hégémonie néolibérale. L’élection présidentielle témoignerait aujourd’hui d’une recomposition politique: le clivage droite/gauche n’existerait plus, remplacé par par celui de l’ouverture et de la fermeture, de la globalisation heureuse et du repli nationaliste/xénophobe. Les analyses de Lyotard nous permettent d’envisager ces antagonismes non pas simplement comme deux visions du monde radicalement séparées, mais comme les deux faces d’une même médaille, engagées dans une relation de causalité.

Julie Gaillard 

Originaire des Vosges, Julie Gaillard a étudié les Lettres Modernes et la Philosophie de l’art à Strasbourg, Berlin et Paris, avant de partir aux Etats-Unis (Atlanta) pour y faire son doctorat. Sa thèse est un travail interdisciplinaire qui étudie les procédures d’établissement de la réalité à travers la philosophie, la littérature et les arts. Elle est actuellement post-doctorante dans un centre interdisciplinaire de recherches en études culturelles situé à Berlin. Elle participe par ailleurs à la campagne de François Lallemand, candidat France Insoumise pour la 7ème circonscription des Français établis hors de France.’

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *