Mars de Fritz Zorn

Mars de Fritz Zorn

« Mars » de Fritz Zorn – collection Folio

Spleen bourgeois du dernier souffle ou mal-être intégré à une existence trop imprégnée par les règles de bienséance et d’apparat ? À quoi bon respecter des règles de vie qui compressent l’esprit humain dans un univers normé qui ne respecte en rien les besoins primaires de l’esprit ? Fritz Zorn se meurt et prend conscience des bas de compression que lui a fait porter la « haute ». Entendez la « bonne » société zurichoise où il est né, où il a grandi, respiré, appris à vivre, « évolué » dans la limite des cases disponibles… Sa colère (« Zorn »), il la dédie à cette société hermétique qui se charge de contenter ses besoins primaires mais où, du haut de sa pyramide, il navigue dans la superficialité. Mars de Fritz Zorn dispense le dépit, l’amertume voire la neurasthénie dans lesquels la société a plongé le narrateur.  Atteint d’un cancer à 32 ans, Fritz Zorn (Fritz Angst de son nom de baptême) nous lègue sa colère sur un ton empli de cynisme où les faux-semblants et l’indulgence n’ont plus lieu d’être.

Mars, d’après Fritz Zorn, théâtre Océan Nord à Bruxelles, mise en scène Denis Laujol, compagnie Ad hominem

 

 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *